This page is best viewed with Firefox. And a glass of wine.

dimanche, juillet 01, 2007

Le PLQ veut rajuster son tir

Jean Charest l'a répété et répété et répété et répété (alouette!) au lendemain des élections printanière. Notre *charmant* [ricanement sarcastique] premier ministre a apparemment entendu le message de la population - six mots galvaudés par nos politiciens depuis la fin mars 2007. Six mots prêchés à outrance, jusqu'à l'écoeurement le plus total. Même Pauline Marois s'en sert à profusion depuis qu'elle a obtenu son poste de calife à la place du calife qui voulait être calife à la place du calife (si, si, tout à fait).

C'est pourquoi le premier ministre québécois a créé trois groupes de réflexion (marijuana non comprise) afin de reconstruire les bases de son parti qui a reçu un solide coup de massue lors du récent scrutin.

Monsieur Charest, vous cherchez des suggestions afin de brasser la cage du PLQ qui a des allures de vieilles chaussettes sales par les temps qui courent?

J'en ai une excellente: que le parti cesse d'exister. Succès ga-ran-ti!!

6 commentaires:

Renart L'éveillé a dit...

Je suis bien d'accord pour la disparition. Ça pourrait forcer l'électorat traditionnel de ce parti à la réflexion...

Emilie a dit...

D'autant plus qu'une large proportion de l'électorat du PLQ tend à voter pour ce parti parce qu'ils ont toujours voté pour ce parti...

Accent Grave a dit...

Qui sait, Jean Charest lit peut-être dans vos pensées. J'ai l'impression que depuis un certain temps, c'est à cette besogne qu'il s'affaire: l'auto-élimination.

Accent Grave

Emilie a dit...

Espérons-le!

D-Max a dit...

J'ai eu plusieurs occasions de me battre contre eux, notamment les Ministre de l'Éducation et des Finances. Depuis l'adolescence, j'ai toujours eu l'impression qu'ils avaient tendance à se déconnecter de plus en plus de la réalité de notre société. Malheureusement, je pense que la perte de ce parti pourrait avoir des conséquences encore plus désastreuses comme celle de l'émergence d'un groupe politique inconnu et difficile à cerner. Soyons sur nos gardes quand on nous propose des solutions faciles à des problèmes complexes...
N'empêche que j'les aime pas non plus les libéraux.

Emilie a dit...

J'avoue que tu soulèves un bon point. L'idéal serait du sang neuf et ce, pour la plupart des partis.

Les solutions miracles n'existent pas, il faut faire preuve de vigilance comme tu le dis!