This page is best viewed with Firefox. And a glass of wine.

mardi, avril 17, 2007

Artévé

TV Buddha, 1974-1982, Nam June Paik.

Bon. Tant qu'à avoir chatouilleusement posé un pied dans le merveilleux monde des incompris de la culture, aussi bien y plonger à pieds joints, quitte à me faire lancer des tomates par le Premier ministre canadien, mais aussi par la plupart des curieux qui passeraient par là... juste par hasard...

Tant pis. J'm'assume.

Parlons donc de... [Musique d'ambiance un tantinet quétaine] ... La chaîne ARTV.

Lorsque j'ai eu vent de l'existence de cette chaîne pour la première fois, il y a quelques années, je me suis dit in petto ça y est. On m'a entendue. On m'a exaucée. On m'a enfin comprise. Une chaîne entièrement consacrée aux arts, quels qu'ils soient. LA chaîne par excellence. Un truc complètement orgiaque, du jamais vu, des arts plein la tête, la culture en cinérama, [rajoutez ici toute expression délibérément TROP enthousiaste ici].

Pfiiiiiiiuuuuuuuuuuuuuuu [sifflement cruel d'un ballon qui se dégonfle].

Bien sûr, je me suis emballée trop rapidement. Même enrubannée et ornée d'un joli chou coloré sur la tête, s'il-vous-plaît. ARTV était tout, sauf ÇA. Sauf ce à quoi on pouvait normalement s'attendre d'une chaîne nommée, ben euh... ARTV.

Chaque jour, on nous sert pour déjeuner, dîner et souper (et même comme en-cas, en fin de soirée, pour les gourmands) les sempiternelles reprises de téléromans québécois maintes et maintes fois diffusées sur nos ondes et ailleurs dans la galaxie. Il n'y a pas déjà quelques postes dédiés aux assoiffés de déjà-vu?

Ah oui, j'oubliais. ARTV, c'est également quelques émissions thématiques sans grande surprise, faible teneur en calories et en gras trans, sans sucre ajouté, sans sel, bref, au goût fade. Des émissions fades, peu originales pour la plupart, ou qui ne collent tout simplement pas à un concept qui pourrait être tellement novateur, tellement plus audacieux, des émissions tellement enrichissantes, des instants télévisuels tellement non-conformistes, de l'art tellement... artitisique. Une culture autre, tellement grandiose, tellement séduisante. Tellement tout ça, pour reprendre le Grand Jacques. Pour l'amour du country. Bof. États humains. Bof. Bibliotheca. Bof. Rediffusion de tel téléroman. Bof. Recyclage de telle série d'antan. Re-bof.

ARTV n'a pas connu QUE des ratés. La preuve: avec Télé-Québec, ARTV est la seule chaîne canadienne qui a déjà diffusé mon film préféré, un grandiose chef-d'oeuvre du septième art (de quel film s'agit-il? faites vos paris! le gagnant ou la gagnante pourrait se mériter... euh... ? je vous offrirais bien une fin de semaine dans un luxueux spa tendance, mais ce n'est pas dans mes moyens! Disons, euh? Un billet de loterie! :-DD Yannick, pas de triche, tu n'as pas le droit de participer. ).

Parfois, on a même droit à un film italien ou un film politique, bref un truc très songé. Oui, oui.

De plus, de temps à autres, ARTV nous gratifie d'émissions fort sympathiques, tel 7 en route, passionnant almagame situé à mi-chemin entre L'auberge espagnole et La course destination monde/Course autour du monde (cette dernière a d'ailleurs beaucoup marqué mon enfance et mon adolescence, je rêvais secrètement d'une longue escapade à titre de cinéaste amateure parcourant les coins méconnus du globe...).

Voilà quelques maigres exemples d'idées artévéèesques qui ont (jadis) attiré mon attention. Pour ce qui est du reste, re-re-re-re-re et re-bof. J'imagine que reprendre Les belles histoires des pays d'en haut a quelque chose de réconfortant, telle la soupe de grand-maman. Ou bien, c'est que c'est plus vendeur qu'une programmation sur les arts visuels, et autres bêtes noires de la culture.

J'ai presque envie de leur concocter un p'tit concept, moi...

Source de l'image: http://wiki.media-culture.org.au/index.php/TV_Buddha

8 commentaires:

p o i s o n e d * a dit...

(hahaha, j'avais lu Vertébré plutôt que Artévé.. ^^')

Tu n'es pas à être la seule qui a été déçue de cette chaîne!!! Je m'attendais moi aussi à de grands reportages exclusifs sur l'innovation de notre culture, une fenêtre pour les arts d'ailleurs... pour finalement me dire « Ouan, on ne manquait pas grand-chose avant la naissance d'ArtTV». Je crois que le seul truc qui m'ait vraiment plu c'était un court-métrage passé à l'émission Mange ta ville à propos des standards de beauté en société. Le court-métrage était plutôt cru, original et... déconcertant! Ce n’était pas du gros « wooooow! » non plus, mais ça se démarquait des autres.

C'est à se demander si quelqu'un n'essaierait pas d'étouffer notre culture... Mhm...

Emilie a dit...

ARTV, la télé des vertébrés! :-DD

Oui, il y aurait défitivement eu place à des concepts plus originaux. Parce que tout compte fait, ARTV ressemble plus à un mélange de quelques chaînes qui existent déjà...

Édouard a dit...

Votre film préféré, c'est pas "Deux femmes en or" par hasard ? Parce que si c'est celui-là, merde, je l'ai raté.

Je partage votre avis dans son ensemble. Quoique si j'étais amateur de danse moderne, j'ai tout de même l'impression que j'y trouverais mon compte; me semble qu'il y a beaucoup de danse moderne à ARTV.

Emilie a dit...

Non, ce n'est pas "Deux femmes en or"!

De la danse moderne? Rhâaa, pourquoi alors je tombe invariablement sur une reprise de téléroman 3 fois sur 4?

Édouard a dit...

Eh ! oui, beaucoup de danse à ARTV.

Je me souviens très bien d'un spectacle de flamenco moderne. La danseuse était S-U-P-E-R-B-E. Tout de long, je me disais "Non mais comment on peut danser avec un corps de déesse semblable". Et là, qu'est-ce qui arrive : les autres danseurs de la troupe qui commence à défaire la robe de la danseuse, morceau par morceau. La danseuse au corps S-U-P-E-R-B-E se retrouve flambant nue ! Ça m'a marqué : déchirer une si belle robe, franchement...

Qu'importe : moi quand je pitonne sur le 31, me semble que c'est souvent de la danse.

Parfois c'est aussi l'espèce de programme de musique country insuportable aussi. Quoique dernièrement on a pu revoir la série sur Duplessis, qui est quand même très bonne.

On aimerait effectivement un peu plus de films de répertoire. Télé-Québec fait sa part un peu, mais ça pourrait être mieux.

Emilie a dit...

Une si belle robe, quel dommage! ;-)

Guill a dit...

Quoi? Tu ne crois pas que la rerererererererediffusion des Contes d'Avonlea constitue un élément culturel?

Les Contes d'Avonlea et la sacrament d'Anne et de sa maudite Maison aux pignons verts constituent l'ensemble de la culture de l'Île-du-Prince-Édouard... Penses un peu à tes compatriotes Émilie!

Emilie a dit...

Pas quand on a vu cette série au moins 312 fois à Radio-Can! Ça sent le réchauffé tout à coup! ;-)