This page is best viewed with Firefox. And a glass of wine.

dimanche, avril 01, 2007

Un samedi, des photos et de la bière

Quelle belle journée nous avons eu hier!

Il faisait beaucoup trop beau pour demeurer enfermée entre quatre murs et comme c'est ce que j'ai eu le *grand privilège et l'immense honneur* de faire toute la semaine, j'avais grand besoin de prendre un bon bol d'air frais. Peut-ê
tre même un bon buck. Euh boc. Ou boque? Bock? Whatever. Le machin dans lequel on savoure une bière, v'savez?

C'est pourquoi, la procrastinatrice en moi a préféré aller se promener au Vieux-Port de Montréal en compagnie de son cher et tendre - particulièrement râleur et plaisantin hier - plutôt que d'agir bien sagement et faire ce qu'elle est sensée faire depuis des mois: achever ce foutu bordel de T.D. chiant à la con.

Monsieur était dangeureusement en forme hier. Il m'a sorti toutes les blagues douteuses dont lui seul a le secret. C'est une forme d'art qui m'échappe totalement (probablement réservée à la gent masculine?).

Et pourtant, je m'y connais en art abstrait.

Alors que la faim commençait à nous tenailler sérieusement l'estomac, nous nous sommes à tour de rôle posé LA question de la mort qui tue:

[Prononcée lentement, sur un ton grave, qui résonne, avec une musique de film d'horreur en arrière-plan et quelques bruissements de feuilles mortes:]

Qu'est-ce qu'on mange?

[Parenthèse] Pour certains couples, le principal sujet de discorde est l'argent,alors que pour d'autres ce sont les enfants ou bien aheu, la fréquence du devoir conjugal. Nous, nous sommes des originaux. Rien de tel que le fameux qu'est-ce qu'on mange pour empoisonner l'existence de son conjoint. [Fin de la parenthèse]

D'un commun accord (eh oui!!) nous avons finalement opté pour les 3 brasseurs rue St-Paul. Je ne connaissais que celui situé sur le coin des rues Crescent et Ste-Catherine et j'ai été agréablement surprise par l'ambiance joviale du resto situé dans le vieux quartier.

Les "moules frites
" au menu ont fait vibrer la fibre belgophile en moi, si bien qu'en plus d'une jolie chaudière de moules à la bière ambrée, je me suis également laissée tenter par une blanche et une ambrée.

Tout au long du repas, mon cher et tendre enfilait plaisanterie sur plaisanterie. Monsieur était convaincu que non loin de nous se trouvait Renaud Paradis, qui personnifie Laurent d
ans le téléroman L'auberge du chien noir. Or, non seulement le pseudo-acteur avait l'air d'un ti-cul ne ressemblant en rien au joli jeune homme en question, mais il n'avait même pas la même couleur d'yeux que le vrai Renaud Paradis. Monsieur a pourtant répété à maintes reprises, entre deux bouchées, qu'il croyait fermement qu'il s'agissait du type qui interprète Laurent.

[Monsieur le comique] Oui, oui, c'est lui.

[Moi, mâchouillant une moule] Arrête. Ce n'est pas lui.

[Monsieur le rigolo] Oui, c'est lui.

[Moi, arrêtant un instant de mâchouiller] Non, CE N'EST PAS LUI.

Par la suite, mon cher conjoint que la bière rendait encore plus badin, a cru voir Patrick Goyette mais avec un air de Marc Boilard (*). Ne cherchez pas à comprendre. Puis, il a admis, le plus sérieusement du monde, avoir aperçu Jean-Luc Picard. M'oui. Bien sûr. De mieux en mieux.

Promis, la prochaine fois que je le sors, je lui ferai prendre ses médicaments avant.

Au sortir du resto, nous avions l'esprit gai et léger *ahem* la bière était bonne hein! *ahem*, aussi j'en ai profité pour prendre de loin une photographie de la sculpture d'Alexander Calder qui se trouve à l'île St-Hélène. Ceux qui suivent mon blog depuis un certain moment se souviennent peut-être qu'en janvier dernier j'avais réalisé avec près de 27 ans de retard que nous disposions d'une gigantesque oeuvre de Calder en sol montréalais. Comme quoi il arrive parfois qu'on puisse apprendre des choses intéressantes dans un topo quelconque d'un certain chroniqueur culturel non moins quelquonque... hé hé... hu hu... hi hi.

Trève de bitcheries.

Dans un tout autre ordre d'idées - en fait non, il est encore question de bière - plus tôt aujourd'hui, j'ai discuté au téléphone avec ma soeurette et comme nous nous voyons rarement, nous avions tout un tas d'insignifiances à nous raconter. Nous avons rarement l'occasion de papoter aussi longuement, ne vivant pas sur le même fuseau horaire - enfin façon de parler, elle travaille le soir et fait la fiesta jusqu'aux petites heures, tandis que moi, la mémé racornie, durant la journée, je travaille, vais à l'université ou fais semblant de rédiger mon T.D. puis je m'endors sur mon coin de fauteuil tôt en soirée seule avec moi-même, un écran d'ordi et un peu de vin.

Elle m'a racontée être sortie aux Pierrots dernièrement. C'était notre boîte préférée, à l'époque où la bière était pour nous, comment dire, un aliment à part entière, une denrée qui a son propre groupe alimentaire dans le Guide canadien. À l'époque également où n'existait pas encore le bistro entre les deux boîtes à spectacles.

Eh bien! Figurez-vous donc qu'un serveur (communément appelé serveur pas d'chveux) l'a reconnue et l'a hélée. Par son petit nom.

[Serveur pas d'chveux] Hé, salut M.!

[Soeurette M. même pas encore émêchée] Euh, salut. Comment ça que tu connais mon nom?

[Serveur pas d'chveux] Ben, toi, ton amie C. et la grande frisée, vous m'avez quasiment fait vivre à l'époque.

La grande frisée, c'est nulle autre que moi. Et si le serveur pas d'chveux en question a maintenant un condo sur le Plateau, un gros char et qu'il se paie des vacances de luxe dans le Sud à tous les trois mois, c'est sûrement en raison de notre propension à se payer mutuellement une tournée pour la plus anodine des raisons.

Que de souvenirs!

(*) Aucun rapport, mais j'ai déjà rêvé de Marc Boilard en costume d'Adam. Euh. Quand je vous dis que je fais des rêves sans... euh... queue ni tête! :-D

6 commentaires:

La Pingouine a dit...

lol la bière powa !

Emilie a dit...

:-)))

J'ai plutôt tendance à préférer le vin maintenant, mais difficile de refuser une bonne bière en agréable compagnie! :-)

Louis a dit...

Ouais un beau samedi ça! Si jamais tu retournes dans le vieux, essaie le Stach Café, c'est un resto polonais absolument fantastique où y a un pianiste qui joue « live » et où tu peux manger du Borscht avec plein d'autres trucs imprononçables mais délicieuses!

Entk j'envie ton couple... Le mien est en rupture depuis le lendemain des élections, et on avait pas mal plus de sujets de chicanes que la bouffe!
;)

genevieve a dit...

Hehe alors je suis solidaire avec toi dans la cause du TD qui tarde, qui tarde ... dans mon cas c'est un mémoire mais c'est du pareil au même ...
Courage :)

filou a dit...

Pour les amateurs de frites, je recommande la patate roulante :

http://www.amusoire.net/?2005/10/24/163-patate-roulante

:-)

Filou

Emilie a dit...

Louis: Je ne suis jamais allée au Stach Café, mais on m'en a souvent dit beaucoup de bien! Et j'espère que ce n'est pas à cause des élections que ton couple bat de l'aile...

;-)

Geneviève: Courage à toi aussi!! :-)

Filou: Je vais jeter un coup d'oeil à ce lien, merci!