This page is best viewed with Firefox. And a glass of wine.

mardi, janvier 30, 2007

I feel bitchy, oh so bitchy!

Le titre est à fredonner sur l'air de la chanson Maria, tirée du film West Side Story - qui perso, ne m'a pas plu, mais pas du tout!

Mais bon... tous les goûts sont dans la nature! Et apparemment, même le mauvais goût est dans la nature, comme en fait foi la ministre Line Beauchamp. Au bulletin de nouvelle de 18h00, j'ai remarqué qu'elle arborait un veston horriblement laid, un truc qui ressemble plus aux rideaux moches d'une arrière-grand-tante (savez, un épais tissu orné d'énormissimes fleurs d'un vert indescriptible, qui vous donne illico presto une crise aigüe d'urticaire... simplement à le regarder!).

Ce veston me fait d'ailleurs étrangement penser aux costumes que Maria, dans The Sound of Music (tiens, une autre Maria) avait taillé dans un rideau de la luxueuse demeure du capitaine Von Trapp.

So long, farewell, auf Wiedersehen, good bye!

***

Dans un tout autre ordre d'idée, j'ai une fois de plus ragé en regardant la chronique culturelle du Téléjournal de Radio-Canada (*). ENCORE UNE FOIS, le chroniqueur, en présence de l'invité ET devant la caméra, a jeté un coup d'oeil à ses feuilles avant de nommer l'artiste. Ce dernier avait un nom tout simple, facile à retenir, même pas un truc innommable ou imprononçable. Non.

Est-ce à ce point complexe d'apprendre UN nom AVANT l'interview?

Suis-je trop pointilleuse? Trop chiâleuse? Il me semble tout de même plus poli et plus professionnel de présenter un invité sans avoir recours à ses feuilles. Peut-être est-ce un tic nerveux chez ce chroniqueur. N'empêche que je trouve ce geste profondément grossier, surtout lorsqu'il est répété de semaine en semaine.

***

Comme le dirait Miranda Priestly, la souveraine suprême des bitches: That's all.

***


(*) Pourquoi est-ce que dans ce cas, je persiste à ne regarder les nouvelles qu'à Radio-Canada? Bah, vous avouerez qu'entre les débilités profondes et le sensationnalisme à la con de TQS et le monopole de bananes et les exclusivités grotesques de TVA, le choix est plutôt mince.

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Ce matin, je me fais le porte-parole des gens qui lisent régulièrement ton blog, en cachette, mais qui ne laissent jamais de commentaires. En mon nom et au nom de mes compatriotes, on veut te dire de ne pas lâcher d'écrire, tu es très doué.

Secret society

Emilie a dit...

Merci!!

Ton commentaire me touche =)