This page is best viewed with Firefox. And a glass of wine.

mardi, mai 08, 2007

En quête d'un nouveau chef

Ce qui devait arriver s'est produit.

André Boisclair a donné sa démission. Il a rendu les armes aujourd'hui, après environ 1 an et demi à la tête du PQ. Il demeurera toutefois député de sa circonscription, mais sa carrière de porte-étendard aura été de bien courte durée.

Sage décision. Qui aurait probablement dû être prise bien avant. Mais peut-on le blâmer *totalement* d'avoir voulu remettre le navire péquiste à flots? Peut-être qu'il y croyait vraiment. Peut-être. Personnellement, je pense qu'il s'est accroché trop longtemps à ses fonctions. Par trop se cramponner à la bouée de sauvetage, on finit par s'enfoncer mortellement dans un sombre océan de remises en question.

Moi aussi j'y ai vraiment cru. J'espérais tellement. Je souhaitais tellement que Boisclair soit celui-là. Celui qui donnerait un second souffle au PQ (ou carrément lui faire un bouche-à-bouche nécessaire à sa survie plus que précaire). Mais Boisclair n'a pas été celui-là.

Dans un autre ordre d'idées, je suis un peu irritée par la réaction de certains de ses confrères et adversaires. En effet, suite à l'annonce officielle de son retrait, les hommages ont fusé de partout. Même de la part de ses détracteurs. Même ceux qui, depuis plusieurs semaines, ont manifesté ouvertement leur désir de le voir partir l'ont applaudi un peu trop fort aujourd'hui. On l'a louangé, on l'a couvert de fleurs, on l'a glorifié. Des louanges qui sonnaient extrêmement faux à mes oreilles. Soit, il a accompli quelques bons coups. Mais les enfantillages des derniers jours et la débandande post-26-mars auront eu raison de ses quelques bons coups.

Ce départ a également provoqué un vent d'euphorie chez Stephen Harper et ses ti-namis les Conservateurs, qui s'imaginent une fois de plus que la méchante menace séparatiste s'amoindrit à vue d'oeil et qu'elle va bientôt disparaître et se mettre à parler anglais. Une menace unilingue anglaise est certes moins menaçante. M'enfin. Je m'égare.

Le PQ est donc en quête d'un nouveau chef. Qui succèdera à Boisclair? Qui? À mes yeux, en ce moment, aucun candidat n'a le potentiel, aucun ne saura rallier, rassembler, conquérir. Pas même Gilles Duceppe. Ce serait du suicide. Ni Pauline Marois. Et ceux qui croient que Pierre Curzi pourrait prendre les rennes du parti, je leur réponds solennellement ceci: ha ha ha.

Le PQ est sacrément mal pris. Dans de beaux draps. Bien malin celui qui pourra prévoir la suite sans se casser les dents et les rotules.

14 commentaires:

Guill a dit...

Sur la succession, je pose les mêmes constats que toi. Duceppe, il causerait encore plus de ravages. Marois, jamais 2 sans 3, ca s'applique également aux défaites. Curzi? Drainville? Faites moi rire!

Pour ma part, j'ai bien hâte de voir vers où Facal ira. Ce bonhomme là est plus qu'intéressant. Et son profil, c'est du bonbon!

Il blogue maintenant, sur www.josephfacal.org . Jettes-y un coup d'oeil!

Folliculaire a dit...

Aucun chef en vue pour ma part, car le parti et ses membres doivent se regarder le nombril avant de choisir un représentant de parti. Au rytme où les chefs tombent, il ne restera pas beaucoup de candidats intéressés.

p o i s o n e d * a dit...

Personnellement, je trouve plus que ça l'air d'une sortie politically correct forcée par ses bourreaux... Plus personne le supportait et il n'avait pas l'air de vouloir lâcher les rennes de si tôt!

Emilie a dit...

Guill: Merci, je vais aller voir!

Folliculaire: C'est exact. Les membres ont du pain sur la planche. Un petit examen de conscience s'impose.

Poisoned: Il fallait qu'il parte, d'une façon ou d'une autre...

Jean-Baptiste a dit...

Quoi ? vous avez un parti politic qui s'appelle le PQ !! lol bon euh chez nous on a bien le PC... moins drôle....

Nazku a dit...

Qu... quoi? Oh non, André Boisclair est parti! Quelle déception. Le PQ part réellement en couille... J'y croyais moi aussi. Bouh.

Inkognitho a dit...

Avec René ça n'a pas marché et avec Jacques non plus. Tout ça parce que l'on ne combat pas à armes égales. Tant que le fédéral donnera des cadeaux, on peut oublier ça. Cependant la prochaine fois qu'il bafouera le peuple, on verra. On s'américanise beaucoup ces temps-ci. Il ne faut pas atteindre le point de non retour.

Emilie a dit...

JB: Oui, oui, le PQ. Un nom prédestiné, lorsqu'on voit où le parti en est rendu. :-/

Au fédéral, on a aussi le PC... :-)

Nazku: Franchement, je commence à ne plus y croire. À moins d'un changement radical au sein du parti... ben euh... c'est mal parti! :-D

Emilie a dit...

Inko: Je crois que nous sommes un peu pris dans un cercle vicieux. Et j'ai également l'impression que beaucoup de gens sont désillusionnés...

Machavalou a dit...

J'aimerais bien voir Diane Lemieux à la tête du Parti Québécois. C'est une femme de caractère pour qui j'ai beaucoup d'admiration.

ChrisP a dit...

Le PQ à la triste histoire de dévorer ces chefs, qui voudrait maintenant se mettre la tête dans la gueule du loup.

Ce parti se doit d'aller faire ces devoirs, se ressourcer, retrouver ces motivations et ces racines. Il y a trop de clans et surtout trop de tiraillement pour couronner un véritable chef pour le moment. La nuit porte conseil, le PQ est peut-être seulement dû pour une petite sieste de quelques mois.

Emilie a dit...

Machavalou: Je ne connais pas beaucoup Diane Lemieux, mais elle semble digne de confiance.

Chrisp: Je ne sais pas si quelques mois vont suffire! Le PQ a peut-être besoin de prendre une année sabbatique et de comprendre un certain nombre de choses qu'il a négligé ces dernières années...

ChrisP a dit...

6-18-24 mois, Peut-importe il y a un méchant lavage de linge à faire.

c'est peut-être la croisée des chemins pour plusieurs.

Je ne suis pas péquiste, même loin de là, mais peut-être que cette grande réflexion portera conseil à l'ensemble de l,a population québécoise. Du moins je le souhaite. Bon vacances maintenant! a+

Emilie a dit...

Bonnes vacances Chris! ;-)