This page is best viewed with Firefox. And a glass of wine.

dimanche, juin 03, 2007

Festival de la mauvaise volonté

Amateurs de festivals, sachez que le gouvernement conservateur ne vous aime pas.

Le budget fédéral déposé en mars dernier prévoyait pourtant une somme de 60 millions de dollars étalée sur deux ans.

Donc 30 millions de jolis dollars que la ministre du patrimoine, Bev Oda, refuse d'octroyer aux festivals prévus à l'été 2007, pour la simple et bonne raison que les grandes lignes de son programme ne seront connues qu'à l'automne. Hum. La plupart des festivals ont pourtant lieu au cours de la saison estivale. Pas en pleine tempête de verglas. Cette gente dame conservatrice aurait bien besoin d'une formation portant sur la gestion du temps. Cela lui permettrait sans doute de comprendre que trois mois plus tard, il sera justement trop tard.

À cet effet, je souligne au passage ce que Jack Layton, représentant néodémocrate, en
a pensé:
Elle est ministre depuis longtemps. Elle a ce poste depuis des mois. L'été n'a pas changé de position dans le calendrier. Elle savait bien qu'une décision était essentielle. Source: Radio-Canada

(Rigolo, le Jack.)
Certains promoteurs et artistes se sentent pris à la gorge. Encore une fois, la culture écoppe d'une mauvaise planification - ou n'est-ce pas plutôt d'une mauvaise volonté? Partout au Canada, les différents corps culturels et représentants des autres partis s'insurgent contre cette mesure qui provoquera certainement l'écroulement de quelques évéments culturels au cours des prochains mois. À moins que la souriante Bev Oda ne délie les cordons de sa bourse.

D'autre part, elle aurait fait parvenir, début mai, une lettre aux membres de son parti, pour que ceux-ci lui fassent part de suggestions sur la manière dont ces fonds devraient être octroyés. Cette démarche douteuse a d'ailleurs soulevé l'indignation du NPD. Afin de calmer momentanément ses détracteurs, la ministre du Patrimoine aurait par la su
ite transmis une missive similaire aux membres des autres partis. Une question se pose. Est-ce que seuls les politiciens devraient avoir la main-mise sur les événements culturels dont les retombées profitent aux villes, au public, aux organismes qui les ont mis au monde?

Le parti conservateur allègue vouloir éviter d'autres scandales des commandites, en obviant aux courbettes partisanes du précédent gouvernement et en misant plutôt sur une saine distribution des fonds. Pourtant, Oda n'a-t-elle pas usé de partisanerie en questionnant ses petits copains sur les événements à subventionner en priorité?

Le gouvernement ne paraît pas tellement pressé d'établir les critères qui serviront à l'octroi de ces sommes. D'une part, les ministres conservateurs affirment que l'argent se doit d'être distribué en toute objectivité et qu'il ne devrait pas servir à financer uniquement les gros festivals. Très bien. Cependant, peu de représentants conservateurs ne semblent accorder à la culture la place qu'elle mérite vraiment. Dresser une liste de critères n'est certes pas une simple tâche. Je suis tout de même convaincue qu'un tel labeur serait réalisable à courte échéance. Suffit de se doter des bons outils. Suffit de pouvoir compter sur une équipe motivée et c
ompétente. Suffit de discuter avec les structures qui régissent les différents festivals saisonniers. Suffit d'un peu de bon vouloir, quoi.

Charmants amis conservateurs, je vous invite à participer à mon festival d'été. Il aura lieu dans la ruelle derrière chez moi. Au menu: intransigeance, air bête (est-ce que j'hallucine ou bien Bev Oda n'est jamais parvenue à utiliser les muscles maxillo-faciaux qui permettent à tout être humain normal de sourire?), mauvaise foi et partisanerie.

Chère Bev, si tu as besoin d'un coup de pouce pour établir une liste de critères objectifs, appelle-moi. J'ai consacré une grande part de mon T.D. à la sélection de critères, alors la tâche ne m'effraie pas une miette. Tu peux même converser avec moi en anglais si tu le désires. Je ne suis pas unilingue, moi. :-p


***

En terminant...

Vénus, féline fort cultivée (elle chante du Piaf et du Barbara, regarde le Téléjournal en ma compagnie et aime bien se coucher sur mes livres d'art préférés), a tenu à gratifier la ministre de son air le plus féroce. Ne coupez pas dans la culture!!! Grrrrrrrrr! ;-)



(Pffff, Yannick, tu aurais pu mieux te raser.) :-DD

7 commentaires:

Jenne a dit...

Bonjour,

Pas le choix, c'est la conséquence du fédéralisme.

Puisque les québécois accepte la situation, il faut arrêter de se plaindre qu'on n'a pas l'argent d'Ottawa.

Quêteux nous demeurerons!

Juste de la logique...

Machavalou a dit...

Montréal est reconnu pour ses nombreux festivals de qualité : Jazz, Francofolies, Humour etc. De nombreux touristes nous visitent justement à cause de ces évènements. Et qui dit touristes dit retombées économiques.

C'est vraiment dommage mais c'est souvent la culture qui écope au moment de faire des coupures.

Je suis décue par madame Oda mais pas du tout surprise.

Emilie a dit...

Jenne: Malheureusement, je crains que nous en ayons pour un petit moment à devoir "accepter" la situation...

Machavalou: Justement, l'ampleur des retombées économiques est l'un des points soulevé par les partis de l'opposition.

p o i s o n e d * a dit...

J'ai pas le temps de lire tout ton article, je reviendrai promit, mais la photo de Vénus m'a charmer!!! Elle est la chatte qui sommeille en moi lol (eh oui, le fameux syndrome du "je pense que je suis un chat prit dans un corps d'humain"... XD)

Emilie a dit...

Ha ha! Vénus me ressemble beaucoup (non, je ne suis tout de même pas aussi poilue, quand même!) ;-)

p o i s o n e d * a dit...

Hahaha! Miaouw! C'est vraiment une coïncidence que Batman Returns a joué cette semaine?! XD
---

Beurk. C'est vraiment poche (pour rester gentille) ce que fait Bev Oda (bizarre de nom). Une des principales raisons qui me fait aimer l'été c'est bien les divers festivals! Je peut aller à plusieurs reprises au Festival de Jazz sans me lasser. J'adore découvrir de nouveaux artistes de cette manière.

Mais... on dirait que certaines personnes se sont mit en tête de détruire le peu de culture qui nous restait... Ça me déçoit et ça me frustre au plus haut point! Une belle lettre pour Miss Oda et ses ti n'amis s'impose! On peut quêter pour certains trucs pis garder nos couilles à la bonne place aussi.

Emilie a dit...

Oui... Et ce que je trouve un peu étrange, c'est que considérant tous ce que les festivals d'été rapportent à tous les plans (financiers, touristiques, culturels et autres), personne au gouvernement n'ait jugé bon d'accéler un peu le processus d'attribution des fonds, pour faire en sorte que les festivals d'été en bénéficient. Parce qu'apparemment, 80% des festivals ont lieu l'été...